Au bout du champ il y a… deux semaines avec nous…

Du 1er au 14 ami 2017…

Bonjour à tous,

Eh oui…, je suis en retard… mais me revoilà! J’espère que vous avez passé deux bonnes semaines, ici il y a eu beaucoup de choses!

Commençons par le commencement! Vous avez suivi mes mésaventures avec les pigeons, rien n’est vraiment réglé mais nous avons installé un effaroucheur et des clôtures. Pas la solution miracle mais disons qu’il y a du mieux.

Nous avons terminé la mise en place du tunnel avec courgettes, aubergines, poivrons et haricots verts, nous avons installé les fils, pincé les tomates et j’ai pu compter sur l’aide de mon assistant principal, Monsieur Gabriel!

Nous avons continué à planter les choux #àlamodedecheznous (fallait bien que je la sorte au moins une fois :-))).

Bâché-débâché évidemment et avancé sur le nouveau projet, certaines personnes sont au courant, d’autres non, alors voilà, nous nous lançons dans la vente directe. #dubonetdubeau.

Nous allons installer un distributeur automatique de légumes et fruits de saison. Pas de fraises en décembre, il nous tient à cœur de respecter la saisonnalité et il y a de quoi faire non? 🙂

L’idée a germé l’été dernier alors que je coupais les courgettes, de nombreuses personnes se sont arrêtées au bord de la route pour me demander si nous vendions nos produits et je répondais non…

Via instagram, j’ai eu de nombreuses demandes également et je répondais… non alors voilà, on y est. J’ai le souhait de pouvoir vous régaler avec de bons produits, cultivés avec amour au plus juste prix. Voila par quoi je suis motivée aujourd’hui.

J’ai beaucoup d’autres projets pour la suite mais pour commencer c’est déjà pas mal non? 🙂

Sachez aussi que mes paniers seront disponibles partout en France puisque je vais pouvoir les expédier. Vous me l’avez demandé alors j’y travaille 🙂

J’espère que ça vous plaira… #trac #coeuraveclesdoigts

En attendant le lancement qui est pour très bientôt, je vais vous partager l’avancée des travaux :

Voici l’aménagement du local pour l’installation de notre distributeur de légumes et fruits.

 Vous apercevrez Capucine avec son style vestimentaire bien à elle quand je lui demande de s’habiller toute seule pour jouer dehors (la jupe est non négociable ;-)) #lasaletêtecestcadeau

Ce matin, j’ai poncé le plafond d’où mon état général pendant que l’amoureux s’occupait du toit.

J’ai beaucoup de choses à vous dire sur ce projet, je suis en train de vous préparer une petite vidéo face caméra pour tout vous expliquer. J’en suis à ma troisième tentative, la quatrième sera la bonne! #réveillerlayoutubeusequisommeilleenmoi #pasgagné :-).

En attendant, je vous dévoile le logo de notre belle aventure :

Merci à Nicolas V. (Mon DA au top!)

Le site internet est en construction et tout comme le distributeur, il sera très bientôt opérationnel. D’ailleurs, je suis en pleine réflexion sur ce sujet mais je pense basculer le blog sur le nouveau site. Je vous en dirai plus très prochainement.

Rejoignez nous sur Facebook : @lechantdeslegumes

 J’ai beaucoup de personnes à remercier sans qui rien de tout çà ne serait possible. MERCI MERCI MERCI!

Je vous souhaite une belle semaine et à très vite pour des portraits de femmes inspirantes!

Au bout du champ il y a… une semaine avec nous…

Du 25 avril au 1er mai 2017…

Bonjour à tous, j’espère que vous avez passé une bonne semaine.

Elle n’a pas été joyeuse pour tout le monde, les vignobles et les vergers ont beaucoup souffert du froid, je pense notamment à Christine  et Astrid. #soutienauxvignerons.

Dame nature nous joue quelques tours.. Ici nous attendons avec impatience l’arrivée de la pluie qui se fait clairement désirer.

Malgré tout, nous avons bien avancé cette semaine:

Le tunnel commence à se remplir avec notamment des tomates, tomates cerises, poivrons, aubergines, haricots verts.

Vous avez pu remarquer ma baisse de régime de cette fin de semaine, la fatigue, le stress et les pigeons qui saccagent clairement les parcelles de choux ont eu raisons de moi mais Nicolas est rentré samedi soir alors ça va mieux 🙂 #mercipourvotrebienvaillance

Alors avec un plantoir, nous avons tenté de réparer les dégâts #àlaguerrecommeàlaguerre.

Nicolas a avancé dans la préparation de notre local pour la nouvelle activité.

Avec Gabriel jamais bien loin pour lui donner un coup de mains! Il y a encore beaucoup de travail mais ça avance.

Bientôt une visite guidée et je vous donnerai toutes les infos sur ce projet.

Bonne semaine,

Marion

Au bout du champ il y a… DEUX semaines avec nous…

du 9 au 23 avril 2017…

Bonjour à tous,

Aux abonnées absentes durant deux semaines, j’avoue, l’angine, sinusite, migraine ont eu raison de moi le weekend dernier.. Pas de mari, pas d’enfants, j’en ai profité pour me remettre sur pieds… Qu’on se le dise, c’est compliqué d’être malade pour moi en ce moment…

Les enfants sont partis quelques jours dans les Alpes et l’amoureux est allé les rechercher.

Toute la petite famille est rentrée ce mercredi et ils ont fait de chouettes découvertes car ici, il y a eu du changement!

Les premières courgettes ont été semées! Semences non traitées sur notre parcelle en première année de conversion BIO! Elles sont sous tunnels pour les protéger du gel..

Une pensée pour les vignobles et les vergers qui ont subi de gros dégâts..

Avec Capucine (en jupe évidemment) comme assistante 🙂

Elle vous explique :

On expérimente pour la première année les semis de courgettes et malgré la sécheresse et le gel, elles poussent!

 

 

 

 

 

 

Gabriel nous a aidé a ramener le matériel pour notre gros projet :

 

 

L’autre gros chantier de ces deux dernières semaines a été l’installation d’un grand tunnel pour notre PROJET!!!

Oui, je vous en parle depuis des semaines, nous allons nous lancer dans la vente directe, du producteur au consommateur!

C’est un très gros challenge pour moi, une nouvelle aventure pour papy choux, je vous donnerai les détails dans les prochaines semaines, mais tout commence par les plantations des légumes que nous allons proposer..

Il y aura notamment des tomates, tomates cerises, poivrons, aubergines, melons et beaucoup d’autres choses!

Ces cultures seront sous tunnel, voici l’avancement de ce chantier :

 

 

 

 

 

 

 

Le montage a été fait par une super équipe en plusieurs étapes :

L’installation de la structure, puis papy choux a réalisé une tranchée, (Romain si tu passes par là MERCI!!).

 

 

 

 

 

 

Puis l’équipe est revenue pour installer la bâche, les filets, la porte et faire les finitions :

 

 

 

 J’en profite pour vous présenter Grégory, qui est en stage sur l’exploitation!   

 Voila, c’est fini! 

En quelques jours, le chantier fût terminé! Mon premier investissement 🙂

Avec Grégory, nous avons commencé a imaginer et organiser les espaces.

 

 

 

 Mise en place du paillage et de l’irrigation

Nous avons aussi planté des poireaux, salades, céleris et j’en passe :

Beaucoup de nouvelles cultures, et forcément, cultivées avec amour!

Gabriel a nettoyé le tracteur et a fait sauver les pigeons 🙂

  Merci Choubidou ! 

Il a aussi voulu nous aider, alors armé de son épée, il est allé faire sauver les pigeons :-))

Il vous explique :-))

Nous avons aussi repiqué la rhubarbe :

 

Voila pour ces deux semaines bien chargées, je vous laisse avec un joli coucher de soleil :

Au bout du champ il y a… une semaine avec nous

Du 27 mars au 2 avril 2017…

Bonjour à tous,

J’espère que vous avez passé une bonne semaine, ici les plantations continuent.

Je suis allée passer plusieurs matinées au conditionnement choux pour le Marché de Phalempin.

Nous avons continué les plantations mais les pigeons ont fait des dégâts très importants nous avons donc du bâcher en urgence.

Papy choux a préparé la terre pour les plantations de la semaine qui arrive.

Nous commençons les courgettes!

 

Justement c’est Gabriel qui va vous expliquer ses missions de la semaine 🙂

 

Nous avons aussi débâché les premiers choux plantés mi-mars pour les biner (désherber mécaniquement).

Ils ont déjà bien changé!

Nicolas est finalement revenu jeudi soir, nous sommes en train d’avancer sur mon nouveau projet, je pense que la semaine prochaine je pourrai vous en parler et j’ai franchement hâte.

Nous mettons beaucoup de choses en oeuvre que je garde encore un peu secrètes mais le début de mon projet, de mon aventure va commencer prochainement!

C’est peut être rien pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup :-).

En attendant, Nico vient nous donner un coup de mains :

Cette semaine, les enfants partent en vacances quelques jours chez leur Myma, je vais pouvoir bien avancer et reprendre la maison en mains! #onenparledelapilederepassage

Bonne semaine à tous et à la semaine prochaine!

Au bout du champ il y a… une semaine avec nous #5

… du 27 mars au 2 avril 2017

Bonjour à tous, j’espère que vous avez passé une bonne semaine, ici le soleil a été au rendez-vous et même la chaleur.

Ça recharge les batteries et redonne le sourire!

Chez nous cette semaine, on a fait pas mal de choses, des plantations forcément, des bâches et la réparation des dégâts des pigeons.

La galère on peut le dire, une fois les choux plantés, les pigeons soulèvent les plants et les posent sur la terre, il faut donc les replanter… à la main… à l’ancienne. #horreur

C’est un peu le stresse quand tu te lèves le matin, alors pour éviter ça, on bâche le plus possible.

Les dégâts peuvent être considérables.

Nicolas est venu nous donner un bon coup de mains car il faut le dire, bâcher c’est tout sauf marrant mais indispensable.

Capucine a suggéré la création d’épouvantails 🙂 ça sera donc l’activité du weekend prochain 🙂

Les enfants ont bien profité du beau temps, la preuve :

C’est mieux que le manège!

J’ai beaucoup d’articles sous le coude à vous publier mais le temps me manque cruellement.

Les semaines sont très chargées, la partie administrative me prend encore beaucoup de temps et la fatigue commence à s’installer #insomnies.

Mais je vous réserve des trucs chouettes pour les semaines à venir promis.

Ce weekend, a commencé par un spectacle à l’école des enfants sur le thème des pays du monde, Capucine faisait partie du groupe Asie :

 

Gabriel n’a rien loupé du spectacle :

Cette semaine a été aussi marqué par un petit changement pour Gabriel qui porte maintenant des lunettes. #commemasoeur

Aujourd’hui, je n’ai RIENNNNN fait, enfin si un peu de papiers quand même.

Nicolas et les enfants on planté un nouvel arbre dans le jardin, on a fait barbecue, une chouette journée.

Petit article cette semaine, les choses intéressantes vont arriver d’ici une dizaine de jours, restez connectés!

On vous souhaite une très belle semaine, merci de nous suivre!

Au bout du champ il y a… une conversion en agriculture BIO…

… ça y est, on a sauté le pas…

Une semaine avec nous, du 20 au 26 mars 2017.

Cette semaine a été bien remplie mais pas vraiment de nouvelles choses à vous raconter mis à part une grande nouvelle :

Pour fêter l’arrivée du printemps, cette semaine, nous avons démarré le processus de conversion en agriculture biologique.

Pourquoi? parce que pour moi c’est une évidence, que c’est dans la continuité d’une démarche déjà engagée par papy choux qui adhère depuis de la création au réseau des fermes DEPHY Ecophyto. Cette démarche vise à réduire de 50% l’utilisation des pesticides sur l’exploitation.

Chose importante à souligner, nos légumes n’étaient jusqu’ici pas traités, rien sur les potimarrons et les courgettes et presque rien sur les choux. C’était donc évident, la conversion pour moi s’imposait.

Je veux pouvoir proposer des produits bons, sains et produits en France, pour moi, des courgettes bio égyptiennes ça n’a pas de sens…

Mieux vaut manger conventionnel français, encore mieux local que bio qui vient de l’autre bout du monde. Mais ça n’engage que moi.

Mais il fallait décider papy choux et nous y sommes arrivés! #4ans

Les enfants sur la parcelle en conversion

C’est une nouvelle aventure qui commence, un peu dans l’inconnu quand même mais c’est un beau challenge.

Cette semaine a été dans l’ensemble beaucoup plus calme moralement.

Nous réglons les problèmes administratifs un par un et j’ai pris un peu de recul.

Nous avons continué à planter et bâcher nos choux.

Ce weekend, nous avons travaillé en famille et ça c’est chouette. Quand je me suis lancée dans cette aventure, dans ma tête, ça devait se passer comme ça..

Avoir les enfants avec moi, pari réussi!

Nicolas a pris une journée de repos cette semaine, le savoir un peu plus à la maison m’a fait un bien fou. Les enfants étaient heureux d’avoir leur papa chaque soir, et moi j’avais quelqu’un pour apaiser mes angoisses.

La vraie vie de famille en faite, mais que nous ne vivons pas souvent finalement.

Les choses vont commencer à s’accélérer alors cet après midi, nous avons pris le temps avec les enfants, préparation d’un goûter, déjeuner en terrasse, séance câlins, que c’est bon de prendre le temps…

Bonne semaine à tous et à très vite…

Au bout du champ il y a… des femmes qui nous inspirent… Astrid..

… Et Château Arbo

Pour ce deuxième portrait, nous restons dans les vignes. Istagram a été pour moi un lieu de rencontres incroyables et Astrid en fait partie..

Les vignobles me fascinent, alors je vous fais partager des projets que je trouve merveilleux!

J’ai posé quelques questions à Astrid sur son parcours, sa passion pour le vin, sa famille, bref, bienvenue dans la vie du Château Arbo :

Astrid, peux-tu nous parler de toi : famille…
« J’ai 25 ans et je suis issue d’une grande famille plutôt atypique, deux grands frères qui ont 17 et 14 ans de plus que moi, une sœur jumelle et des parents qui m’épatent tellement ils s’aiment depuis tant d’années ! Et aujourd’hui 4 petits neveux sont venus agrandir notre tribu. »
 
« Mes parents viennent tous deux de milieux modestes, mon père travaillait dans le commerce et ma mère dans les ressources humaines, ils sont aujourd’hui retraités et partent vivre 6 mois de l’année à Agadir au Maroc, où j’adore aller les retrouver et m’émerveiller devant toutes ces couleurs… « 
 
J’ai demandé à Astrid comment est né son amour pour le vin :
« Le vin est venu quand j’avais environ 8 ans, j’ai entendu le mot œnologue, certainement en allant chercher du vin avec mon père dans le chai de notre voisin et cette envie de travailler ce produit issu du terroir ne m’a jamais quittée. Peut-être aussi que de voir ma mère tous les soirs avec son morceau de fromage et son verre de vin y a contribué ?! »

 Astrid a donc tout naturellement fait des études en œnologie et a étudié au Lycée viticole de Montagne Saint-Émilion.

 « Le vin j’y ai consacré 8 années d’études, durant lesquelles j’ai eu la chance de me former, me perfectionner et me nourrir de la richesse qu’est le milieu du vin. 
Tout d’abord dans l’appellation Saint Émilion Grand Cru, au Château La Croix de Jaugues, ensuite auprès du grand œnologue, disparu cette année, Denis Dubourdieu au Château Doisy-Daëne à Barsac. J’ai également participé aux recherches sur l’adaptation des cépages de Kees Van Leeuwen, professeur et consultant du Château Cheval Blanc. « 
En 2012, Astrid obtient un BTS en Viticulture & Oenologie, aimant s’ouvrir à d’autres horizons elle se consacre pendant un an à l’œnotourisme, avant de s’envoler pour le Nouveau Monde, ses wineries géantes et les douces soirées sur la plage de Nelson…
Château Arbo, c’est aussi une belle histoire entre Astrid et Mister D…
Ils sont beaux vous ne trouvez pas? 🙂

J’ai donc demandé à Astrid de nous parler de sa rencontre avec Mister D, leur passion commune pour le vin, leur jolie maison…

« Aujourd’hui je partage ma vie et ma passion avec Dorian, (mon fiancé) rencontré il y a 11 ans au Lycée Viticole, nous avons évolué ensemble et tout est plutôt facile car nous sommes vraiment complémentaires. 
Il faut dire que la vie nous a donné les bons outils pour grandir ensemble et avec harmonie, nous avons fait nos études ensemble, ensuite nous sommes partis une année vivre à l’autre bout du monde, en Nouvelle Zélande. 
C’était un challenge, ni lui ni moi ne parlions anglais et il nous a fallu redoubler d’efforts pour enfin pouvoir échanger avec les personnes qui nous entouraient. Cette frustration de ne pas pouvoir échanger c’est je pense ce qui m’a le plus poussé à apprendre rapidement l’anglais, j’adore découvrir les gens qui m’entourent, leur histoire, leur mode de vie, ça m’inspire, m’instruit.
C’est d’ailleurs en Nouvelle Zélande lors d’un weekend à Auckland que Dorian m’a demandé en fiançailles et comme nous aimons prendre le temps et ne pas nous précipiter, nous nous marions enfin en Août 2018 : ) »
#lovelovelove

 

Dès leur retour de Nouvelle Zélande, Astrid et Dorian achètent ce qui est aujourd’hui le Château ARBO, un vignoble créé en 1924 avec un fort potentiel mais très peu entretenu ces dernières années. 
« Mes beaux-parents, tous deux viticulteurs, ont été un soutien sans faille, ils nous ont aidé à gérer cette acquisition ce qui est appréciable quand on est à des milliers de kilomètres de là. »
 
« Le Château ARBO, c’est pour nous plus qu’un vignoble, c’est un projet de vie, nous avons fait rénover la maison qui se trouve sur la propriété, où nous habitons depuis Août 2016. 
Nous souhaitions créer un petit nid, où tous nos amis et notre famille se sentiraient bien et le pari est réussi ! »
Astrid nous explique qu’elle voulait un lieu à leur image : 
« Le mot d’ordre était joli et pratique, je ne me voyais pas dans une maison témoin ou tout est joli mais ou vivre ne serait pas pratique. 
Cette Maison tout comme le chai nous ont pris beaucoup de temps et d’énergie à concevoir, penser, restaurer car nous partions de loin, tout était en très mauvais état lors de notre achat. 
Nous avons réalisé nous même beaucoup de travaux, de démolition, de construction, d’aménagement et de décoration. 
Heureusement Dorian est très bricoleur et adore travailler le bois, du coup il a réalisé nos escaliers, nos tables à manger, ainsi que différents meubles dans la maison… 
Pour la décoration je me suis laissée guider par mes envies, mes voyages, mes rencontres et tout cela a influencé, le choix des couleurs, l’agencement des espaces et l’âme qui anime notre maison. » 
Le vin a toujours été le fil conducteur d’Astrid, Assistante Maître de chai, technicienne de laboratoire, elle est aujourd’hui Responsable Ventes & Marketing à deux pas de chez eux dans un grand vignoble mais elle ne s’arrête pas là! « Je suis aussi associée avec Dorian au Château ARBO. « 
Astrid nous parle du Château Arbo :
« Le Château ARBO nous ressemble, nous l’avons pensé, imaginé et créé. Il est différent de tous les autres vignobles autour, nous proposons un seul vin dont le premier millésime 2015 vient d’être mis en bouteille il y a quelques semaines, et dont la distribution se fait exclusivement via notre E-Boutique ou à la propriété. » 
« Notre souhait est de proposer un vin de grande qualité dans une appellation réputée (AOC Montagne Saint-Émilion) à un prix juste (13€) donc sans intermédiaire. Nous souhaitons privilégier un circuit court où l’humain est au centre de nos priorités. » 
L’idée que chacun de nos clients puisse venir nous rencontrer, échanger et déguster nos vins à la propriété est importante nous voulons réellement échanger avec nos clients leur donner toutes les ficelles pour comprendre notre vin et savoir quand et comment le déguster. Grâce à notre E-boutique, aux réseaux sociaux ainsi qu’au bouche à oreille nous tissons un lien particulier avec nos clients. Et cela fonctionne de la même façon avec nos distributeurs, nous fonctionnons au feeling et nous avons pu nous entourer de collaborateurs formidables.
De plus, cette E-Boutique est pour nous un grand gain de temps, quand comme Dorian et moi il faut jongler entre deux boulots il vaut mieux privilégier le Pratique ; )
Astrid et Dorian se décrivent comme étant de vrais couteaux suisses, production de vin, marketing, communication, comptabilité, gestion des ventes, ajoutez la rénovation d’une maison, quelle aventure!
 
 Château Arbo
1 La Haute Faucherie
33570 MONTAGNE
FRANCE
Contact : hello@chateau-arbo.com
 
Merci Astrid d’avoir accepté de répondre à mes questions, je vous souhaite tout le bonheur du monde au Château Arbo et toutes mes félicitations pour le mariage.
 BRAVO
A bientôt pour un nouveau portrait de femme inspirante…
#coeuraveclesdoigts

Au bout du champ il y a… une semaine avec nous… #4

Semaine du 13 au 19 mars 2017…

Bonjour à tous, j’espère que vous avez passé une bonne semaine, ici on a fait l’ascenseur émotionnel toute la semaine…

Je ne vous ferais pas de long discours, le cœur n’y était pas, entreprendre en France c’est le parcours du combattant…

La motivation est là, depuis 4 ans, j’ai mis tout en oeuvre pour mener ce projet, pousser Papy choux à me suivre dans cette aventure un peu folle (complètement folle), lui faire accepter de nous lancer dans la BIO, travailler sur de nouveaux projets et quand tu te retrouves fasse à un mur, que rien ne dépend de toi, et que même avec la meilleure volonté du monde tu ne peux rien faire… tu pleures..

Alors, j’ai pleuré cette semaine, la coupe était pleine, un ras le bol. J’ai remué toute la terre, passé des heures au téléphone… et j’ai pleuré, J’ai digéré, encore pleuré et je pleurerai encore mais j’irai jusqu’au bout!

Je vous avez dit que je partagerais le bon et le moins bon, c’est chose faite.

Ce n’est que des problèmes administratifs mais qui te bloquent complètement car pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? je vous le demande..

Mais comme je dis toujours, demain  est un autre jour et ça y est j’ai retrouvé la niaque! Pensées pour toutes les personnes qui veulent se lancer dans entrepreneuriat! Courage!

Merci l’amoureux, Merci Mamy choux, Merci Papy choux, Merci Instagram, Merci les copines…

Instagram, vous avez été d’un soutien incroyable, des messages si bienveillants.. c’est fou cette aventure… MERCI

On a quand même travaillé dans les champs 🙂

Nous avons planté nos choux, et on en a reçu 25000 de plus (ouioui), le début de semaine a été très chouette avec le retour de la douceur et du soleil.

On a pu planter mais il y a encore du boulot pour être à jour.

Nous avons bâché notre parcelle pour protéger les plants du froid, des ravageurs et pour leur permettre de pousser plus vite. Nicolas est venu nous aider. Comme j’expliquais à la classe de Gabriel l’année dernière, c’est comme une couverture. On protège et on aide les petits choux à pousser.

Papy choux s’est occupé des travaux des champs.

Semaine bien remplie, de l’administratif tout le weekend, semaine que je vais vite oublier pour des moments plus doux.

Pas de vidéos drone, pas beaucoup de photos cette semaine mais ça n’est que partie remise.

Demain soir, il y aura sur le blog, un nouveau portrait de femme inspirante. Encore une chouette rencontre IG, des valeurs communes et encore une fois, animée par des idéaux qui me sont chers.

Je garde encore un peu le mystère 🙂

Merci à tous de nous suivre, d’être de plus en plus nombreux et bientôt, je vous partagerai mon nouveau grand projet.

Et avant de clôturer cet article, je vous partage une info sur papy choux :

Papy choux et Miss Sucre! Quand je vous dis qu’il est toujours en bonne compagnie :-)))) (Sur le Stand du marché de Phalempin avec Pascal Delebecque)

Bonne semaine,

#love

 

 

Au bout du champ il y a…. une semaine avec nous…#3

… Et quelle semaine…

du 6 au 12 mars 2017..

Lundi a été une journée un peu spéciale puisque Papy choux a eu 61 ans!! Alors quoi de mieux qu’une signature de statuts pour fêter ça?

Papy choux, pour les nouveaux, c’est lui :

Papy choux, toujours en très bonne compagnie 🙂

Etienne de son prénom. Fan de Julia Roberts (tu le vois le lien avec le nom de la SCEA :-)). Un super papa cool qui ne te diras jamais que ce que tu fais c’est bien mais qui était toujours d’accord pour me conduire en boîte quand j’étais plus jeune!

Bref, maintenant il est aussi mon associé! #lavieestbelleenfamille.

Cette signature a marqué la fin de ma reconversion, le premier jour du reste de ma vie… une fois toutes ces signatures terminées, je suis partie sur Lille pour rendre toutes ces démarches concrètes : Publication officielle et dépôt du dossier à la chambre d’agriculture. Journée riche en émotions.

Mardi, c’est encore une journée remplie de démarches et de dossiers à remplir. Je dépose les enfants à l’école et me voilà partie au Greffe du Tribunal de Commerce de Lille pour obtenir un kbis. L’après-midi, rendez-vous, rien de bien passionnant mais pourtant tellement important.

Mercredi, c’est la journée des kids!!! et c’est tellement chouette! conduite piscine et réception de 7000 nouveaux plants de choux, oui parce qu’on se disait que 33000 pour commencer c’était un peu juste :-)) et puis un chiffre rond c’est mieux! Nous voilà donc avec 40000 choux et un temps… toujours aussi gris…

Jeudi, rien de bien intéressant, rendez-vous administratifs.

Vendredi matin, conditionnement de choux pour le Marché de Phalempin.

Finalement, je ne vous ai pas encore vraiment parlé de ma coopérative, maintenant, je fais officiellement partie de cette grande maison, et j’en suis très heureuse. Travailler en groupe, partager des expériences, avoir un appui technique, une écoute et des conseils au quotidien, partager des valeurs de qualité, voilà quelques raisons pour lesquelles j’aime ma coop.

J’aurais l’occasion d’en reparler très prochainement.

L’après-midi, j’ai repris ma casquette de gestionnaire administrative et me revoilà partie au Greffe du Tribunal pour tenter de récupérer un kbis, puis direction la Banque et enfin le Centre de gestion.

Agri mais stylée!

La semaine n’est pas terminée, puisque le soleil a enfin décidé de se montrer et nous avons pu commencer à planter nos premiers choux samedi :

Avec Gabriel comme assistant principal et Capucine, inspectrice des travaux finis 🙂

Dimanche, Nicolas (#papacool) est rentré, alors il a sorti le drone :

 

Le weekend a donc était rythmé par les travaux des champs avec les enfants.

On vous souhaite une bonne semaine et merci de nous suivre #coeuraveclesdoigts

Au bout du champ il y a …. une semaine avec nous #2

Du 27 février 2017 au 5 mars 2017…

Quelle semaine!

Lundi, Nicolas a pris sa journée pour m’accompagner car j’ai enfin pu déposer mon dossier JA (jeune agriculteur) à la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer), et depuis, je suis officiellement Agricultrice…

 #hiphiphiphoura

Quel chemin parcouru, en faite, je ne réalise pas encore. Quatre années de démarches, de hauts et de bas qui se concrétisent enfin. Et en l’écrivant, j’arrive au constat que ma reconversion touche à sa fin.

A partir d’aujourd’hui, quand je vais remplir des formulaires, je ne vais plus écrire « Consultant RH » mais « Agricultrice ». Quand on va demander aux enfants, elle fait quoi maman comme travail? il ne vont plus dire « elle recrute des gens » mais « elle plante des légumes ». J’espère qu’ils seront fiers de moi, que j’ai fait le bon choix pour eux, pour notre famille. Je doute souvent, devenir son propre patron ça n’est pas si simple.

La preuve…

Tout devait bien se passer jusqu’au moment où je me rends compte qu’il y a des erreurs dans mon dossier (après l’avoir déposé, forcément sinon c’est pas drôle)… dossier que l’on a mis plus de 6 mois à monter..

Une nuit très courte plus tard, je vous passe les détails, nous avons réussi à rattraper le coup.

Tout n’est pas complément terminé puisque l’on doit encore créer la société et c’est pour DEMAIN, avec Papy Choux (le jour de son anniversaire), nous signons les statuts. #dansdelajoie.

Mercredi, j’ai repris « mes mercredis avec les kids », délaissés pendant les vacances scolaires, papa et mima étaient là pour les enfants, et franchement c’était trop chouette. Au programme tennis, piscine, goûter.. du bonheur. Et on a avancé dans la collection de perles à repasser pour la fête des 100 jours d’école pour Gabriel.

Je trouve ce concept génial, chaque enfant doit venir, le 100ème jour d’école, avec une collection de 100 choses. Gabriel a choisi de réaliser 100 objets en perles à repasser.

Et vendredi, on a reçu les 33000 premiers plants de choux de la saison!

Du chou blanc et du chou rouge pour des récoltes début juin.

C’est le début d’une graannnnnde série puisque les livraisons sont prévues tous les 15 jours.

Sauf que voilà, dame météo en a décidé autrement.. Il fait un temps… comment dire… de M….!

ON EN PARLE DE CE TEMPS???

Pour vous donner une idée l’année dernière, nos premiers plants étaient en terre le 28 février..

Mais bon, le soleil va bien finir par revenir… et j’ai mon petit assistant déjà au taquet! « t’inquiète maman je vais t’aider » 🙂

C’est chouette, Gabriel était très content de voir les 240 plaques de plants en rentrant de l’école vendredi.

Ce weekend a été rythmé par les papiers, des moments en famille et l’anniversaire de Papy Choux!

Bonne semaine à tous et MERCI de nous suivre de plus en plus nombreux 

Au bout du champ il y a… une semaine chez nous…

… Le début de la saison…

Ça y est, le soleil commence à refaire surface, les jours rallongent, les nouvelles collections printemps-été font leurs apparitions dans les magasins #modeuse :-), on aperçoit des petits bourgeons sur les arbres et la saison des plantations va commencer!! #becauseI’mhappy.

Ce blog c’est un peu mon carnet de route, mon fil conducteur de cette année de transition, je vais lancer une nouvelle activité #encoredesmystères mais promis, bientôt tu sauras!! Alors en discutant avec Nico, alias l’amoureux, le générateur d’inspiration, j’ai décidé de partager avec vous mon compte rendu de la semaine, les hauts, les bas, les victoires, les échecs bref mon quotidien de #mamanetagri.

Il y aura du texte, des photos et… des VIDEOS #applaudissements. Vous pourrez suivre l’évolution des cultures de la plantation à la récolte.

On va s’améliorer sur le montage 🙂

Alors c’est partiiiiiiiiiiiiii… et j’espère que ça vous plaira, que vous serez nombreux à nous suivre.

Cette année, ces plantations auront un petit goût particulier puisque je serai enfin agricultrice et associée dans la société!

Cette semaine va être chargée!

Nous allons recevoir 30 000 plants de choux pommés sur l’exploitation.

On va jongler avec le temps, la pluie, pour les planter dans les meilleurs conditions, on va les bichonner, les bâcher, les cultiver avec amour… 

Avec Gabriel comme assistant!

Arrivera ensuite, les courgettes, les potimarrons et tout le reste.

Alors je vous dis à dimanche prochain pour le premier compte rendu d’une semaine avec nous…

#coeuraveclesdoigts

Au bout du champ il y a … mon mari, un papa cool…

… Nicolas…

En faite ça n’est pas si simple d’écrire sur lui mais en même temps j’ai besoin de lui dire merci #sortezlesviolons. Alors en cette veille de Saint Valentin que l’on ne fêtera pas ça tombe à pic!

Oui MERCI,  parce que sans lui rien ne serait possible.

Originaire des Hautes Alpes, il est venu s’installer dans le Nord avec moi, il a accepté de quitter ses montagnes pour une région toute plate.

Merci d’accepter de partir en vacances sans moi, l’été c’est la pleine saison, difficile pour moi de partir.. Alors depuis quelques années, il part en papa solo.

Souvenirs pour maman 

Merci de me suivre au quotidien, de soutenir ce projet de folie qui bouleverse considérablement notre vie de famille.

Merci d’être toujours de bons conseils, tu es, comme je le disais, mon générateur de solutions, mon superman de l’analyse.

Lui, ce bob le bricoleur de l’extrême, ce bac+5 de la débrouille, c’est lui, l’amoureux, mon mari..

Merci d’être un super papa cool, qui s’occupe de nos enfants comme personne, qui m’envoie par mail le compte rendu en photo de leur journée quand je ne suis pas là.

 

Ce photographe si talentueux qui nous ferait un compte instagram de malade. C’est lui, c’est mon mari.

Cet homme pas très romantique mais plein de surprises, c’est lui, c’est mon mari.

Celui qui m’a demandé en mariage 4 mois après notre rencontre, c’est lui, c’est mon mari.

Cet ingénieur investi et passionné que j’admire tant, c’est lui, c’est mon mari.

Celui qui part travailler à l’autre bout du monde avec les dessins de ses enfants, c’est lui, c’est mon mari.

 

Merci de supporter mes humeurs, mes coups de stress, mes crises de larmes…

Celui qui a changé ma vie, voila, c’est lui, c’est mon mari…

Si vous voulez en savoir un peu plus sur lui, c’est par ici :

http://www.emoi-emoi.com/mag/portraits/nicolas-papa-cool-de-gabriel-7-ans-et-de-capucine-5-ans/

Merci à Emoiemoi pour ce chouette portrait #coeuraveclesdoigts

 

Au bout du champ il y a… des femmes agricultrices…

… des femmes qui m’ont donné le sourire…

Hier, je suis allée à une commission de femmes agricultrices.

Je n’avais pas du tout prévu d’écrire cet article mais quand je suis sortie de cette matinée j’ai eu envie de partager avec vous ce moment.

J’ai été invitée à assister à une table ronde dont le sujet était de faire un peu le point sur le statut de l’agricultrice dans le monde agricole, de mettre à l’honneur la femme agricultrice et par la force des choses de parler de place de la femme dans les métiers d’hommes. ( sujet qui me passionne tout particulièrement tu as du le remarquer!).

Je ne vais pas vous faire un article ultra féministe, ça n’est vraiment pas mon but, mais j’ai écouté des femmes passionnées, plus ou moins engagées avec des vies familiales bien remplies. Je me suis rendue compte que finalement ce milieu si masculin cachait une chouette communauté de femmes plus inspirantes les unes que les autres. Des femmes qui parlaient de notre métier comme étant le plus beau métier du monde et une personne a souligné un chose que je trouve juste parfaite, on peut tous faire le plus beau métier du monde à partir du moment où l’on aime son travail, il n’y a finalement pas un métier plus beau qu’un autre, le plus important est la manière dont on se sent dans son métier. Une femme au foyer a le plus beau métier du monde si elle aime son travail! (ouioui c’est un VRAI travail pour ceux qui en doutaient, c’est même un métier très difficile pour l’avoir vécu).

Je dévie un peu du sujet mais j’ai trouvé cette réflexion intéressante et on l’oublie souvent.

Il y avait plusieurs intervenants, dont une personnalité qui occupe des fonctions importantes dans un milieu très masculin autre que l’agriculture.

Cette personne a eu des mots tellement juste sur la place du conjoint dans l’aventure que nous les femmes nous souhaitons mener peu importe le métier.

Elle nous a raconté son expérience, son mari a mis entre parenthèses sa carrière pour qu’elle puisse évoluer.

Il a donc pris en mains les enfants, l’intendance..

Quel bel exemple de modernité, fini les stéréotypes, les rôles peuvent être inversés et ça marche!

Le constat a été clair, les femmes ne sont quand même pas nombreuses, 25% des exploitations sont gérées par des femmes au jour d’aujourd’hui mais il y a quand même une nette évolution si on considère qu’en 1970 elles n’étaient que 8%. C’est à mon sens le reflet de l’implication du conjoint dans la vie de famille et d’une évolution des mœurs.

Car effectivement quand on est maman, quand on a une famille, rien est possible si derrière nous il n’y a pas le soutien de notre cher et tendre. (N’imagine pas que tu vas y échapper, je te réserve un article pour tout bientôt 😉).

Alors même si j’en ai bien conscience, ce matin j’ai réalisé que si il n’était pas derrière moi, rien ne serait possible.

Nicolas, mon mari, très souvent absent mais c’est mon coach, mon générateur de solutions.

Cette matinée m’a fait énormément de bien, j’ai réalisé qu’ensemble nous sommes plus fortes que seules. Même si nous n’exerçons pas le même métier, les expériences des unes et des autres sont riches d’enseignements…

#coeuraveclesdoigts

 

Au bout du champ il y a … une conversion en bio…

… une conversion, une agriculture BIO.

Etat des lieux : aujourd’hui sur l’exploitation, nous cultivons 34ha.

7ha de choux pommés, des potimarrons, des courgettes et du blé en agriculture conventionnelle mais raisonnée.

Les pesticides ça n’est pas ma tasse de thé.. Pourtant ça n’est pas si simple de passer le cap.

Aujourd’hui nous sommes dans une démarche d’utilisation des pesticides très limitée sur nos légumes, nous avons intégré le réseau des fermes DEPHY ECOPHYTO et pourtant papy choux n’a jamais passé le cap…

Oui mais voilà c’était sans compter sur ma détermination à toutes épreuves!!

Alors comment ça se passe? C’est assez simple dans les faits, il faut faire une demande auprès d’un organisme certificateur, remplir des papiers et à partir de la date dite, tenir une conduite qui répond au cahier des charges de l’agriculture biologique. #onvayarriver!!

La conversion va prendre deux ans et ensuite, nous pourrons officiellement dire que nous produisons des légumes bio.

Nous ne convertirons pas la totalité de l’exploitation et pas d’un seul coup car c’est un « nouveau métier », il faut être encore meilleur techniquement et encore une fois j’ai tout à apprendre.

Et puis pour ceux qui connaissent mon nom de jeune fille, il y a clairement quelque chose à faire non? 😉

Dans mon métier, (ça y est je peux enfin dire que c’est mon métier #dansedelajoie), la culture des légumes c’est ce que je préfère! et je revendique le fait qu’il faut manger français, que la production de légumes en France est mal connue du consommateur et que même si le légume n’est pas aussi beau d’une photo de magasine de mode #toimêmetusais #moiaussijaimelamode :-)) il est quand même bon, voir très bon, voir excellent! (oui oui oui ) #faismoiconfiance.

Nous en prenons soin, et nous n’utilisons pas forcément des pesticides même si nous ne sommes pas reconnus en bio. Nous faisons notamment du désherbage mécanique.

Alors pourquoi Je me lance? pour eux! (forcément 🙂 et je pense que chaque maman comprendra pourquoi.)

 

Welcome to paradise, un petit souvenir de nos vacances de Noel.  

 

La conversion aura lieu prochainement et le but du blog est aussi de vous faire partager mon expérience, même si vous n’êtes pas du monde agricole et peut être justement si vous n’êtes pas de ce milieu, il peut être intéressant de voir comment ça se passe sur une petite exploitation.

Nous allons un peu vers l’inconnu alors, si le cœur vous en dit, je partagerai avec vous ma première année de culture sur ma parcelle en conversion! #quim’aimemesuive. Les hauts, les bas, les aléas climatiques, bref tout tout..

Pour le moment les terres sont au repos, normal, c’est l’hiver mais tout bientôt les choses sérieuses vont recommencer et je ferai un billet par semaine pour vous parler de mon quotidien et pourquoi pas quelques vlogs pour vous emmener en balade dans les champs. Je suis en pleine réflexion 🙂 (si ça vous dit, pouce en l’air sur ma photo instagram).

Merci du fond du coeur pour vos nombreux messages, il y a des jours avec et des jours sans, les aléas de la création d’entreprise mais vos mots m’aident à avancer. #coeuraveclesdoigts.

Au bout du champ il y a… une communauté géniale…

MERCI…

Marion

Au bout du champ il y a… des femmes qui nous inspirent…

A travers ce blog, je souhaite également vous faire partager mes rencontres, des personnes inspirantes, des parcours plus ou moins atypiques… Aujourd’hui je vais partager avec vous le portrait d’une femme que j’adore, d’une Chef d’entreprise, d’une maman… Christine…

 

Christine est mariée depuis presque 18 ans, Elle a deux enfants, Marie 16,5 ans, Gabriel 14,5 ans et un cheval !

 

Après l’école hôtelière de Lausanne, Christine est partie pratiquement 2 ans travailler dans un hôtel à San Francisco : Le Méridien .

A son retour en France, elle a travaillé à Paris à l’hôtel Holiday Inn et au Ritz.

Puis toute la famille a décidé de partir en province, d’abord Strasbourg, où elle était Responsable Commerciale et Communication au sein d’un bel hôtel indépendant pendant 8 ans puis, son mari, qui travaille dans l’industrie a été débauché et ils ont atterri en Bourgogne en 2005 !

C’est là que sa deuxième vie professionnelle a débuté ! Afin d’être disponible pour ses enfants, elle a travaillé pendant 10 ans dans la formation professionnelle pour adultes, elle y donnait des cours anglais.

En 2013, ils ont décidé de quitter la campagne pour se rapprocher de la ville et vont poser leurs valises à 15 km de Beaune. Ils ont fait ce choix pour les enfants.

Et là, les choses sérieuses commencent :-)) :

« Nous avons alors acheté notre maison actuelle, et en même temps fait l’acquisition de vignes ! »

Après 18 mois de travaux et la rénovation d’une superbe cave voûtée de 16ème siècle, son lieu de travail était tout trouvé!

Jugez par vous même #coeuraveclesdoigts :

« C’est là que commence ma 3ème carrière professionnelle commence ! »

Christine est allée se former à la viticulture de Beaune, et décide de se lancer dans un premier temps dans le négoce de vins de Bourgogne, leurs vignes étant de jeunes plants, elles ne commencerons à produire que peut etre cette année. Le but étant de se créer déjà une clientèle.

Pari réussi puisque Christine a atteint les chiffres qu’elle pensait réaliser à 5 ans.

« C’est un véritable job de passion, où j’allie l’amour du vin et le partage en accueillant mes clients au caveau !! »

Les vignes de Christine sont confiées à un viticulteur de talent qui pratique la biodynamie!

J’ai demandé à Christine si elle a rencontré des difficultés : « au niveau administratif (législation et documents de douanes) et parfois également au sein de la profession ! »

Christine est une personne que j’admire, toujours souriante, réconfortante et passionnée. Encore une fois.. On peut être une femme et soulever des montagnes…

Le site : http://www.coudurierjung.com/

Coudurier Jung Propriétaires & Négociants à Beaune
19 Rue du Faubourg Bretonnière
21200 Beaune
France

Si vous passez par Beaune, n’hésitez pas à aller lui rendre visite et partagez vos photos avec le #auboutduchampilyachristine

 

 

Merci Christine d’avoir accepté de me raconter ton histoire…

Au bout du champ il y a … l’agriculture…

… l’agriculture d’aujourd’hui…

Pour les personnes qui me suivent sur instagram, il y a presque un an (50 semaines pour être plus précis), j’ai publié cette photo tiré du journal Direct Matin :

Je te vends du rêve hein! ;-))

Et quand tu es une femme et que tu te lances dans ce genre d’activité, tu cumules…

Pourtant, je vais vous donner ma vision de l’agriculture d’aujourd’hui, mon œil d’ancienne salariée du privé, mon regard en tant que maman..

Quand j’ai fait mon coming out il y a 4 ans, ça n’a pas été aussi simple que je le pensais. Papy choux a eu… comment dire… un choc 🙂

Le monde agricole est assez fermé, assez masculin alors imaginez, la blonde qui débarque de nul part avec son mascara et son rouge à lèvre..

Je n’ai jamais eu de réflexion mais je pense que nombreux on du se dire « d’où elle vient celle-la », « elle n’y arrivera pas ». Dommage je suis encore là 🙂

Le regard des autres est vraiment quelque chose de compliqué à gérer pour moi et je me suis surprise à réussir à passer au dessus de tout ça.

Le plus difficile pour moi était le manque de connaissances techniques. Autant la gestion d’entreprise je maîtrise autant l’œil de l’expert et les conduites culturales rien de chez rien. Alors je fermais ma bouche (oui oui parfois ça m’arrive) et j’écoutais, je notais, je rentrais à la maison et je cherchais sur le net (ne le dite à personne :-)).

Et là on dit merci Papy Choux de m’avoir envoyé au charbon, je me vois encore dans le bus pour les open days en Hollande (bases d’essais choux et légumes), je ne connaissais personne.

Petit à petit on apprend et on commence à maîtriser un peu plus son sujet et par la force des choses à être un peu plus crédible. Il y a encore du chemin comme on dit chez nous.

Je pense donc que maintenant je peux vous donner ma vision de l’agriculture d’aujourd’hui, du moins la manière dont je vois les choses..

Aujourd’hui c’est une véritable entreprise à gérer, des papiers, des papiers, des rendez-vous, encore des papiers (toi même du sais…). En gros c’est aussi important, à mon sens, que la partie technique.

Comme je le disais, il faut être bon techniquement, et avoir l’œil, observer… Alors tu mets tes bottes et tu vas dans les champs, c’est quand même sympa comme job, tu profites de la nature et tu peux même emmener tes enfants!

Mais c’est surtout voir la nature et les légumes d’une autre façon, une passion, en prendre soin, les cultiver avec amour.

Proposer des produits de qualité, en agriculture raisonnée (bientôt bio), de prendre du plaisir à les voir pousser tout ça sous l’œil avisé de Capucine et Gabriel.

Mon expérience d’hier me sert chaque jours ma vision des choses est surement différente grâce ou à cause de mon passage par le salariat mais en tout cas, la chose qui me sert le plus aujourd’hui : être maman et réussir ce projet pour eux. J’ai vais bientôt me lancer dans une nouvelle aventure qui me rapprochera encore plus du consommateur et je pense à ces mamans qui, comme moi veulent le meilleur pour leurs bambins.

Alors on ne devient peut être pas riche ok, mais le bonheur il est où? Il est ici avec mes enfants… Chaque métier a son lot de difficultés, j’ai encore des centaines de choses à apprendre mais quand on aime… finalement ça n’est pas si difficile que ça.

L’agriculture a beaucoup évolué et je suis heureuse de prendre le train en marche.

Au bout du champ il y a … des activités avec les enfants …

… La peinture au chou rouge…

(âmes sensibles s’abstenir, l’odeur est… comment dire… délicate 😉 ).

Pour les personnes qui me suivent sur Instagram, vous vous souvenez peut être, au mois de novembre, je suis allée dans la classe de Capucine pour faire de la peinture au choux rouges. Mélange de jeux et de découverte de légumes qu’on apprend à aimer, les enfants ont adoré, ils ont voulu reproduire l’expérience avec leurs parents! (pari réussi!)

Avec Papy Choux, nous produisons environ 200 000 choux dont 1/3 de choux rouges.

Je me suis donc rendue dans la classe de Grande Section de l’école des enfants avec mes choux pour passer une après-midi super chouette.

Pour réaliser de la peinture aux choux rouges il vous faut :

  • Des choux rouges (forcément!)
  • Une centrifugeuse
  • Du citron
  • De l’eau de cendres
  • Du savon
  • Des pailles pour souffler sur la peinture, effet garanti!
  • Du matériel de peinture (n’oublie pas le tablier, ça tâche grave!).

Dans un premier temps, il faut centrifuger les choux pour en récupérer le jus. Jusque là tout va bien, mais, je vous vois venir, qu’allons nous faire avec de l’eau de cendres, du savon et du citron? Nous allons changer le PH du jus et donc faire des variations de couleurs.

On reprend :

Déposez un peu de jus de choux rouges dans 4 pots afin d’effectuer les mélanges.

Pour faire de l’eau de cendres : dans un filtre à café, mettre des cendres de votre cheminée, verser de l’eau chaude dans le filtre.

L’eau de cendres est basique, versez quelques gouttes dans le jus pour obtenir du bleu, quelques gouttes de plus pour du vert et on continue pour du jaune.

Si on ajoute du citron (qui est acide) au jus de choux, on obtient du rose.

Pour obtenir du bleu, on peut aussi frotter son pinceau sur un savon avant de le tremper dans le jus, le tour est joué!

Le résultat est très chouette et 100% naturel! 

Activité ludique qui permet aussi d’apprendre les différents PH.

N’hésitez pas à partager les réalisations de vos petits avec le #peinturemamanagri